Eruption du Volcan de la Soufrière à Saint-Vincent et les Grenadines : le Directeur Général de l'OECO s’exprime sur l’action collective de soutien en cours

Eruption du Volcan de la Soufrière à Saint-Vincent et les Grenadines : le Directeur Général de l'OECO s’exprime sur l’action collective de soutien en cours

Communiqué de presse de l'Organisation des États de la Caraïbe Orientale (O.E.C.O)

Le gouvernement de Saint-Vincent et les Grenadines a donné l’ordre d’évacuation immédiate de la zone rouge située à proximité du volcan de la Soufrière le 8 avril 2021 aux environs de 16h30. Dans une interview du 9 avril 2021, le Dr. Didacus Jules, Directeur Général de l’Organisation des États de la Caraïbe orientale (OECO), indique que le plan d’urgence élaboré lors de la réunion des Chefs de gouvernements de l’OECO du 31 Décembre 2020 a été immédiatement activé.

Dr. Didacus Jules précise qu’il s’agit d’une action collective intégrant les états membres de l’OECO, plusieurs organisations de référence en la matière ainsi que les acteurs du secteur privé. D’une part la logistique et la gestion de crise sont pilotées par les organisations dont c’est la mission première, notamment l’Agence caribéenne pour la Gestion des Urgences en cas de Catastrophes (The Caribbean Disaster Emergency Management Agency - CDEMA) qui coordonne le plan d’évacuation en collaboration avec l’Organisation nationale pour la Gestion des Urgences de Saint-Vincent et les Grenadines (The National Emergency Management Organisation of Saint Vincent and the Grenadines - NEMO). D’autre part plusieurs organisations humanitaires dont Disaster Relief International, et les compagnies de croisières qui ont mobilisé quatre paquebots pour aider à évacuer le nord de l’île. 

L’OECO joue un rôle de facilitateur qui consiste surtout à maintenir la solidarité entre les Chefs de gouvernements des états membres au niveau politique et à s’assurer que tous puissent tenir les engagements pris en anticipation de l’éruption. [...] 

Nous avons également organisé une réunion avec l’ensemble des chefs des départements d’immigration des états membres de l’OECO afin de s’assurer de la fluidité du processus d’évacuation. Grâce au régime de libre circulation des personnes qui est bien établi dans l’OECO, il est beaucoup plus simple pour les états membres de plein droit d'accueillir les ressortissants d’un autre état. Cela a notamment été éprouvé après le passage des ouragans Irma et Maria. A cette période, les réfugiés ayant perdu leurs documents d’identité pendant les ouragans ont pu être accueillis dans les autres états de l’OECO. Certains y sont toujours, ils se sont bien intégrés, ou ils sont en famille, ils travaillent et leurs enfants ont été rescolarisés.

Les choses sont plus complexes pour les pays non membres de l’OECO comme la Barbade par exemple, car on ne sait pas pendant combien de temps les évacués devront rester… précise Dr. Didacus Jules

Selon Dr. Didacus Jules, 20 000 personnes doivent être évacuées de la partie nord de Saint-Vincent et les Grenadines :

8 000 évacués seront relogés au sein de leurs familles ou chez leurs amis dans le sud de l’archipel et 12 000 doivent l’être dans des abris prévus à cet effet. Les abris dont disposent Saint-Vincent et les Grenadines ont une capacité d’accueil maximale de 5 000 personnes. 7 000 personnes seront donc évacuées vers les autres pays membres de l’OECO et d’autres pays de la Caraïbe. Les états membres de l’OECO se sont engagés à accueillir les évacués. Par exemple, le gouvernement de la Grenade a indiqué qu’il pouvait accueillir 1 800 personnes. Nous sommes en train de finaliser les estimations de capacité d’accueil pour chaque pays. 

Le gouvernement de Saint-Vincent et les Grenadines a indiqué qu’il s’assurera que les personnes évacuées vers les autres îles auront réalisé un test COVID-19 et auront été vaccinnées afin de réduire le risque de propagation du virus dans les pays hôtes. 

En conclusion de l’interview, le Directeur général de l’OECO rappelle qu’il faut plus que de simples prières, et demande à tous les citoyens prêts à accueillir des évacués, de le faire et de participer ainsi à l'effort de solidarité. 

 

Contact (presse francophone)

Doris NOL
Responsable Marketing digital
doris.nol@oecs.int
WhatsApp: (+1758) 285 7399 

 

A propos de l’Organisation des États de la Caraïbe Orientale (OECO)

L' Organisation des États de la Caraïbe Orientale (O.E.C.O en français) ou "Organisation of Eastern Caribbean States" (OECS en anglais), est une organisation intergouvernementale créée par la signature du Traité de Basse-Terre à Saint-Kitts et Nevis le 18 juin 1981. L’Organisation est dédiée à l'harmonisation et l'intégration économique, et à la protection des droits de l’homme. Elle encourage la bonne gouvernance entre les pays indépendants et non indépendants de la Caraïbe orientale. Son siège est basé à Sainte-Lucie.

L’OECO compte :

  • 7 états membres de plein droit : Antigua & Barbuda, le Commonwealth de la Dominique, Grenade, Montserrat, Saint-Kitts & Nevis, Sainte-Lucie,  Saint-Vincent et les Grenadines,
  • 4 membres associés : les Îles Vierges britanniques, Anguilla, la Martinique et la Guadeloupe.
Contact us
Doris Nol Responsable Marketing Digital, Organisation des États de la Caraïbe orientale (OECO)
Direction de la Communication Organisation des États de la Caraïbe orientale (OECO)
Doris Nol Responsable Marketing Digital, Organisation des États de la Caraïbe orientale (OECO)
Direction de la Communication Organisation des États de la Caraïbe orientale (OECO)
About L'Organisation des États des Caraïbes orientales

Retour à www.oecs.int

L'Organisation des États des Caraïbes orientales (OECO) est une organisation internationale dédiée à l'harmonisation et l'intégration économique, la protection des droits de l'homme et juridiques, et l'encouragement de la bonne gouvernance dans les pays indépendants et non indépendants dans les Caraïbes orientales. L'OECO est née le 18 Juin th1981, lorsque sept pays des Caraïbes orientales ont signé un traité acceptant de coopérer entre eux, tout en favorisant l'unité et la solidarité entre ses membres. Le traité est devenu connu comme le Traité de Basseterre, ainsi nommé en l'honneur de la ville capitale de Saint-Kitts-et-Nevis où il a été signé. Aujourd'hui OECO, compte actuellement dix membres, répartis dans les Caraïbes orientales comprenant Antigua-et-Barbuda, du Commonwealth de la Dominique, Grenade, Montserrat, Saint-Kitts-et-Nevis, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les-Grenadines,Îles Vierges Britanniques, Anguilla et Martinique

L'Organisation des États des Caraïbes orientales
Morne Fortune
Castries
Sainte-Lucie