36th Anniversary of Organisation of Eastern Caribbean States (OECS)

French translation included

Wednesday, June 21, 2017 — Fellow citizens of the OECS, June 18, 2017 marks the 36th anniversary of the establishment of the Organisation of Eastern Caribbean States (OECS).  I am honoured, at this time, to assume the chairmanship of this organisation which has had numerous achievements over the course of its existence. 

Our grouping of tiny states has, against all odds, successfully established the Eastern Caribbean Central Bank, Eastern Caribbean Supreme Court, Eastern Caribbean Civil Aviation Authority and the Eastern Caribbean Telecommunications Authority. 

We have a mechanism for joint procurement of pharmaceuticals in the form of the Pharmaceutical Procurement Services Unit.  In our diplomatic relations we benefit from joint representation to the European Union and share a technical mission in Geneva which represents our interests in the WTO.

We established the Eastern Caribbean Common Market and have developed and effected joint policies in such areas as trade, foreign affairs, education, human and social development and environmental management. 

We approach, together, our participation in various regional and international arrangements including the Caribbean Community (CARICOM), the Association of Caribbean States, the United Nations as well as its specialised agencies. 

In January 2011, the entry into force of the Revised Treaty of Basseterre paved the way for deeper integration through the formation of an economic union.  This bold venture re-configures OECS Member States into a single financial and economic space, characterised by the free movement of people, free circulation of goods, unfettered movement of capital and the right to provide services and establish businesses throughout the economic union area. 

Of these new undertakings, we have, in recent times, made significant strides in securing freedom of movement for our citizens and work continues on the elaboration of the other aspects of the economic union regimes, as well as the pursuit of functional cooperation arrangements and membership expansion under the Revised Treaty. 

While we take pride in these achievements and in the pace of our integration movement generally, we cannot rest on our laurels.  The international environment in which we operate is constantly evolving and, consequently, we must direct our collective future effort towards addressing head-on the novel challenges which this presents. 

Our Member States rank among the smallest countries in the world and we are no strangers to the vulnerability and external shocks. This notwithstanding, the OECS celebrates its 36th anniversary at a time when the world is in a particularly heightened state of flux; and unpredictability is the order of the day.  One of the consequences of globalisation is that today we are much less insulated from the impact of world events.

In our quest for development and the modernisation of our societies, we have to navigate difficult, sometimes hostile terrain.  The Revised Treaty of Basseterre provides us with the means to do so, by way of deeper economic integration and more extensive functional cooperation. 

At this juncture, not only must we give more focused attention to implementation of that contract, but we must do so in a manner which is strategic, innovative and fearless.  As individual citizens and as a community of nation states and territories we must leverage this integration movement to tackle our problems of high indebtedness, low employment, poverty, crime and security, climate change, food security, health related challenges, inactivity in our private sector and adverse conditions of trade and international commerce. 

In our international relations, we are witnessing changes in the administration of some of our traditional partners, of note being the United States, United Kingdom and France.  Moreover, the United Kingdom, a strong Caribbean partner, will be withdrawing from the European Union at a time when our Member States will be involved in negotiating a successor to the Cotonou Agreement which has governed development cooperation between the European Union and the African, Caribbean and Pacific Group of States since 2000. 

In this climate of uncertainty, the OECS is called upon to re-engage our partner countries and organisations in an attempt to secure the continuation of our long established relationships and to deepen existing bonds in mutually beneficial ways.  At the same time we recognise that we must assert ourselves internationally and extend our diplomatic outreach to new partners who pursue common objectives and adopt principles which are consistent with those of the OECS.  In all instances we must ensure that we design new partnership arrangements which take cognizance of our peculiar characteristics and needs as small island developing states.

With respect to the environment, we face myriad challenges which are linked to climate change and which threaten our very existence as countries.  We witness the continued rise in temperatures and sea levels, unprecedented rainfall patterns, more intense storms and drought conditions. Combatting climate change and increasing our resilience must therefore be high on the agenda of the OECS.

Security is yet another major concern for our region.  While integration and the free movement of people, capital and goods may foster economic gain, they also have the potential to increase our vulnerability.  We must work to enhance the security of our single space, to combat cross border crime and to guard against the threat posed by the spread of intolerance and extremism.

In all of our responses, the development of our people is pivotal.  Our citizens should be able to function as social and economic actors within a truly single OECS space and to use that area to launch themselves into the international arena. In order to achieve this, singular effort must be made to design education systems which support market demands, which maximize the use of modern technologies and which, ultimately, produce wholesome OECS citizens.

The landscape is perpetually shifting. In order to remain relevant, the OECS must be anticipatory and nimble, furnishing Member States with the mechanisms for growth and sustained development which, individually, they cannot provide for themselves. 

Fellow citizens, as we move forward with our integration agenda we encourage everyone to be full participants and owners of our OECS. Through our joint efforts, we can consolidate our economic union achievements, elaborate the legal and institutional architecture necessary for people and businesses to move freely; for ideas to co-mingle and cross fertilise; for innovation to flourish and, in the language of the Revised Treaty of Basseterre, for the OECS to ‘build on our common history for the benefit of our peoples’. 

We must act now; we must act decisively. 

I salute you all and pray for God’s blessings and guidance for a productive year ahead.
 

36ème anniversaire de l’Organisation des Etats de la Caraïbe Orientale 

Allocution du Premier Ministre de Sainte-Lucie Allen Chastanet, nouveau Président de l’OECO

Chers citoyens de l’OECO, le 18 juin 2017 marque le 36ème anniversaire de la création de l’OECO.

Aujourd’hui, j’ai l’honneur d’assumer la présidence de cette organisation qui a accompli de nombreuses réussites au cours de son existence.
 
Contre toute attente, notre fédération de petits états a réussi à mettre en place la Banque Centrale, la Cour Suprême, l’Autorité de l’Aviation Civile ainsi que l’Autorité des Télécommunications.

Nous avons un système permettant de mutualiser l’achat de médicaments sous l’égide du service d’approvisionnement pharmaceutique. Nous bénéficions de bureaux conjoints assurant la représentation de l’Organisation dans l’Union Européenne et nous partageons une mission technique à Genève qui représente nos intérêts à l’Organisation Mondiale du Commerce.

Nous avons créé un marché unique et avons mis en place des politiques communes dans différents secteurs tels que les échanges commerciaux, les affaires étrangères, l’éducation, le social et la gestion de l’environnement. 
 
Nous avons une approche commune quant aux nombreux ensemble régionaux, notamment la Communauté Caribéenne (CARICOM), l’Association des Etats de la Caraïbe (AEC) et les Nations Unies ainsi que ses entités spécialisées.
 
L’entrée en vigueur du Traité de Basseterre révisé en Janvier 2011, a ouvert la voie à une plus grande intégration à travers la formation de l’union économique. Cette union audacieuse a reconfiguré les États Membres de la Caraïbe Orientale en un espace économique et financier unique caractérisé par la libre circulation des personnes, des marchandises et des capitaux, ainsi que la liberté de créer une activité économique au coeur de ce marché commun.
 
Parmi ces nouvelles initiatives, nous avons récemment fait des progrès conséquents en matière de sécurisation de la liberté de circulation des citoyens de l’OECO. Nous poursuivons les travaux d’élaboration des autres aspects de notre union économique ainsi que des accords de coopération fonctionnelle, et les adhésions sous l’égide du Traité révisé.
 
Même si nous sommes fiers de ces avancées et globalement. du chemin de notre intégration, nous ne pouvons pas nous reposer sur nos acquis. L’environnement international dans lequel nous sommes est en perpétuelle évolution. En conséquence, nous devons orienter nos efforts vers les nouveaux challenges que cela représente.

Nos États membres sont classés parmi les plus petits états au monde, et la vulnérabilité aux chocs extérieures ne nous est pas étrangère. Cependant, l’OECO célèbre son 36ème anniversaire au moment où le monde est en proie à de nombreuses mutations et l’ère à l'imprévisible. Une des conséquences de la globalisation est qu'aujourd'hui nous sommes beaucoup moins épargnés par les impacts d’événements mondiaux.
 
Dans notre quête de développement et de modernisation de nos sociétés, nous devons naviguer avec difficultés et parfois en terrain hostile. Le Traité Révisé de Basseterre nous en donne les moyens par une intégration plus importante et une coopération fonctionnelle plus étendue. 

A ce carrefour, nous devons non seulement veiller davantage à la mise en oeuvre de ce contrat mais nous devons le faire de façon stratégique, innovante et sans crainte. En tant que citoyens individuels ainsi qu’une communauté de d'etats-nations et de territoires, nous devons mettre ce mouvement d’intégration à profit pour lutter contre nos problèmes: le surendettement, le faible taux d’emploi, la pauvreté, la criminalité et l’insécurité, le changement climatique, la sécurité alimentaire, les défis liés au secteur de la santé, le chômage dans le secteur privé et les conditions défavorables des échanges et du commerce international.

Nous constatons des changements dans nos relations avec nos partenaires traditionnels qui ne sont pas nécessairement les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France. De plus, le Royaume-Uni, un partenaire caribéen important ne sera plus membre de l’Union Européenne au moment où les Etats Membres de l’OECO seront impliqués dans la négociation d’un prochain accord après celui de Cotonou qui a encadré le développement de la coopération entre l’Europe et les pays ACP (Afrique-Caraïbe-Pacifique) depuis 2000.
 
Dans ce climat d’incertitude, l’OECO est appelée à réengager ses pays et organisations partenaires pour tenter de sécuriser la pérennisation des relations établies de longue date et renforcer les liens existants d’une façon mutuellement bénéfique. Dans le même temps, nous reconnaissons que nous devons nous affirmer à l’international et étendre notre rayonnement diplomatique à de nouveaux partenaires poursuivant des objectifs communs et ont des principes correspondants à ceux de l’OECS. Dans tous les cas, nous devons nous assurer que nous élaborons de nouveaux accords de partenariat considérant nos particularités et nos besoins en tant que petits états en développement.
 
Concernant l’environnement, nous faisons face à une myriade de défis liés au changement climatique qui représentent une menace pour notre existence en tant que pays. Nous constatons la progression du réchauffement climatique et l’augmentation du niveau de la mer, des précipitations sans précédents, des tempêtes plus importantes et des périodes de sécheresse. La lutte contre le changement climatique et la résilience doivent donc être en première place dans l’agenda de l’OECO.
 
La sécurité est aussi un autre enjeu important dans notre région. L’intégration et la liberté de circulation des marchandises, des personnes et des capitaux peuvent favoriser des gains économiques mais peuvent aussi augmenter notre vulnérabilité. Nous devons travailler à l’amélioration de la sécurité au sein de notre union, à la lutte contre la criminalité internationale ainsi que la menace potentielle générée par l’intolérance et l’extrémisme.
 
Le développement de notre population est essentiel dans toutes nos réponses. Nos citoyens devraient avoir la possibilité d’être des acteurs socio-économiques au sein d’un espace unique et mettre cette zone à profit pour se lancer à l’international. Pour y arriver, des efforts importants doivent être faits en vue de concevoir un système éducatif répondant aux exigences du marché, maximisant l’utilisation de technologies modernes et produisant de véritables citoyens de l’OECS.

Le paysage est en perpétuel mutation. Afin de rester pertinente, l’OECO doit faire preuve d’anticipation et d’adresse, en dotant les Etats Membres de mécanismes de croissance et de développement durable, qu’ils ne peuvent pas obtenir individuellement.     

Chers citoyens, notre processus d’intégration progresse et nous encourageons chacun à être de véritables citoyens de l’OECO et à s’approprier notre espace. Par nos efforts communs, nous pouvons consolider la création de notre union économique, élaborer le cadre légal et institutionnel nécessaire permettant la libre circulation des personnes et des capitaux, pour que les idées se mêlent et se nourrissent, pour que l’innovation prospère et comme il est dit dans le Traité de Basseterre Révisé : pour que l’OECO se construise sur notre histoire commune pour le bien de notre peuple. 
 
Nous devons agir maintenant, nous devons agir de façon déterminante.
 
Je vous salue et je prie pour que Dieu nous bénisse et nous guide pour une année productive à venir. 

VIDEO: Hon. Prime Minister Allen Chastanet OECS 36th Anniversary Address

Hon. Prime Minister Allen Chastanet